HADARAT AL-JUM’AH

Retour
Rechercher
Articles recents

La Hadarat Al-Jum’ah, encore appelée Heïlala ou ‘Asrou se tient au meilleur jour de la semaine. Comme indiqué dans le Sahîh Al Bukhârî, et rapporté par le Vénéré Imâm Muslim رضي الله عنه, Notre Modèle Sayyidunâ MUHAMMAD  a dit que : « Le Jour de Vendredi est de grande importance, c’est le meilleur des jours de la semaine sur terre, le jour où fut créé Adam, le jour où il fut introduit au Paradis et le jour où il en sortit. C’est aussi le jour où finira le monde ».

Cette assemblée se déroule donc le Vendredi, et à l’heure exacte d’exaucement des vœux c’est-à-dire entre la Prière d’Asr et celle du Maghreb; faisant ainsi que sa fin soit reliée au coucher du soleil (comme l’ont fait savoir de nombreux  érudits).

Ce jour est aussi appelé dans les cieux par Jour de l’Addition (Yawmoul Mazîd). Il a été choisi aussi car c’est où l’Antéchrist (Massîkhou Dadjaal) sortira après la Prière d’Asr comme rapporté dans 2 Sahîh. Il (Qu’ALLÂH Résultat de recherche d'images pour "‫جل جلاله‬‎" le Maudîsse) ne pourra  ainsi rien contre les vrais disciples Tidjânes qui pour leur part seront comme d’habitude dans les Zawiyas entrain d’effectuer la prestigieuse Hadarat Al-Jum’ah.

Dans son livre intitulé « Chamsoul Imdadi », Notre Maître Shaykh Mouhamad Said Boun Abdoullâhi Rabadâni رضي الله عنه dit : « Il suffit comme mérite de la Hadaratoul Juma’h que Le Prophète, notre Seigneur Muhammad  y assiste du début à sa fin ». C’est pour cela dans un pays où les gens s’arrangent pour ne pas faire la Hadarat Al-Jum’ah en groupe, ce manque de considération les conduira tous à une exclusion de la Tarîqah (Qu’ALLÂH Résultat de recherche d'images pour "‫جل جلاله‬‎" nous en Préserve).

La Hadaratoul Juma’h consiste à la récitation de « Lâ Ilâha Illâl LÂH » et/ou le vocable singulier « ALLÂH » Résultat de recherche d'images pour "‫جل جلاله‬‎". Il est recommandé de débuter par la formule de l’Unicité « Lâ Ilâha Illâl LÂH » et terminer par le singulier « ALLÂH » Résultat de recherche d'images pour "‫جل جلاله‬‎". Il est primordiale d’atteindre au minimum 1000 invocations que l’oraison se fasse seul ou en groupe. Ceci est d’autant justifié par le fait que Cheikh Ahmad AT TIDJÂNÎ a écrit des Idjâzasرضي الله عنه(diplômes) qui montrent le nombre d’invocations précis qu’il a prescrit et recommandé à certains de ses Khalifes lorsqu’ils faisaient l’oraison tout seul :

   – 1000 était la tradition de Sayyîdi Mouhamed Ibn Abi Nasri Al-Oulawi رضي الله عنه,

    -1200 et 1500 la tradition de Sayyîdi Ibrahima Rayâhi رضي الله عنه,

   – 1600 la tradition de Sayyîdi Mouhamadoul Qhâli رضي الله عنه,

    – 2000 la tradition de Sayyîdi Mouhammad Chinguiiti رضي الله عنه,

[Cf : Kachfoul Khouyoum de Shaykh Sayyîdi Salah Din At-Tidjânî رضي الله عنه et Tidjâniyyatou Ahmadiyati wa Sounnatou Ahmadiyyati de Shaykh Tidjane GAYE رضي الله عنه]

Mais sans d’empêchement, il est obligatoire de la faire en groupe, de s’asseoir en boucle, en rangées ou en carré, tout en parlant à haute voix. Cependant, il n’est pas permis aux femmes d’élever leurs voix comme pour la Wazifa conformément à la Loi Islamique (as-Sharî’ah). Néanmoins, certains Savants jugent qu’elles peuvent se regrouper dans un endroit où les hommes ne les entendent pas et à voix basse. [Cf : Kachfoul Khouyoume].

La récitation en groupe ou en individuel répond à des règles de conduite très méconnues de nos jours. Dans son livre intitulé « Mounyatoul Mourîd », notre Pieux Maître Ibn Baaba رضي الله عنه dit : « celui qui le veut, peut l’accomplir en respectant un nombre bien connu ou en commençant 1h de temps avant Maghreb sans compter ».

La première façon est celle appliquée à la Zawiya Mère de FEZ. Elle consiste à réciter avec l’assemblée un minimum de 1000 à 1600 invocations.

La deuxième façon est quant à elle appliquée par plusieurs Grands Savants de cette Voie Bénie, notamment par notre Honorable Patriarche Sayyîdi Hadj Malick SY Ibn Uthman رضي الله عنه qui recommande dans la « Fakihatou Toulab » pour ceux qui n’ont pas d’empêchement de : « Réciter la formule de l’Unicité le Vendredi entre la Prière d’Asr et Maghreb, à une heure et demi environ du coucher du soleil. C’est le temps de réciter neuf cent fois la sourate Ikhlass avec la Basmalâh » ( « Bismil Lâhir Rahmânir Rahîm ») [Cf : Fakihatou Toulab]. Cette durée permet aussi par d’ailleurs d’assurer plus de 1600 perles d’invocations en « Lâ Ilâha Illâl LÂH » et/ou « ALLÂH-ALLÂH ».

Quelques règles relatives à la Hadarat Al-Jum’ah :

1- Les règles de la Hadarat Al-Jum’ah par rapport à l’ablution sablonneuse « Tayyamûm » sont les mêmes que celles du Wird et de la Wazifa.

2- Si son heure a écoulé, il ne faut pas la payer. Mais celui qui désire en obtenir les bienfaits, doit réciter 500 Salâtul-fâtihi comme l’ont rapporté certains Compagnons de Sayyîdi Cheikh Ahmad AT TIDJÂNÎ رضي الله عنهما.

3- Celui qui a une contrainte imminente et qui lui empêche d’aller à l’assemblée collective, peut faire sa Hadarat Al-Jum’ah individuelle juste après la Prière d’Asr avec un nombre connu entre 1000 et 1600 invocations. Et si le temps à sa disposition est trop juste, il peut faire même 1000 « ALLÂH » ; et ainsi, il pourra se livrer volontiers à ses occupations à la fin.

4- Celui qui est occupé et n’a pas effectué le grand lavage du Vendredi (tout en étant en état de pureté, c’est-à-dire en étant pas en état de souillures majeures) jusqu’à ce que le temps lui contraigne alors qu’il s’apprêtait à aller à l’assemblée collective, peut assister à la Hadarat Al-Jum’ah en faisant simplement ses ablutions. Par contre si celles ci ne sont pas faites, son oraison sera nulle.

La pratique scrupuleuse de Ces Trois (3) Dhikrs, tout en respectant les conditions constituent l’éducation spirituelle (At Tarbiyyah) dans La Tidjâniyyah. S’il y a autre chose de plus, c’est le fait de réciter La Salâtul-fâtihi en permanence, dans la mesure du possible. Notre Maître Shaykh Ibrahima NIASS رضي الله عنه a dit, dans « Kâshif Al Albâs » : « La Tarbiyyah dans Notre Tarîqah consiste à respecter Les Prières Canoniques, en respectant les conditions, accomplissant les piliers et les faire en assemblée, selon les possibilités. Avec ceci, il y a la pratique des Dhikrs obligatoires de La Tarîqah et la récitation permanente de La Salâtul-fâtihi ». C’est ainsi aussi que Le Grand Imam et Pôle, Le Vertueux Maître, Sayyîdi Al ‘Arabî Ibn As Sâ-iH et La Merveille de son temps Sayyîdi Al Hasan Al Ba’qîlî رضي الله عنهما l’ont évoqué respectivement dans « Bughyat Al Mustafîd » et « Al Irâ-ah ».

L’équipe d’Anqâ-Mughrib !