Wird

Retour
Rechercher
Articles recents

Le Wird (communément appelé Lâzim notamment au Sénégal) se fait obligatoirement deux fois par jour : le matin et le soir.  Notre Honorable Maître Sayyîdi Haaj Malick SY رضي الله عنه dit à son propos que : « Sa récitation assidue éloigne toute peine ».

Pour le Lâzim du matin : l’heure d’élection va de la Prière de Fajr jusqu’à l’heure de Prière de Dohr ; et l’heure d’empêchement s’étend de la Prière de Dohr jusqu’à l’heure de Maghreb.

Pour le Lâzim du soir : l’heure d’élection va de la Prière d’Asr jusqu’à l’heure de Prière d’Isha ; l’heure d’empêchement va de la fin de la Prière d’Isha jusqu’à la Prière de Fajr.

Le nombre total de perles a y récité est de trois cents, réparties comme suit :

_ cent (100) fois « Astaghfirul Lâh » (Formule de l’Absolution). Il n’est pas permis d’utiliser d’autres formules que celle-ci.

_ cent (100) fois « Salâtou alân-nabi » (Prière sur le Prophète  quelque soit la variante) tout en sachant qu’il est préférable et mieux recommandé d’utiliser la « Salâtul-fâtihi ».

_ cent (100) fois « Lâ Ilâha Illâl LÂH » (la Formule de l’Unicité d’ALLÂH Résultat de recherche d'images pour "‫جل جلاله‬‎")

Quelques règles de jurisprudence du Wird

  1. Si l’adepte commence la récitation de son Wird par une quelconque « Salâtou alân-nabi », il n’est plus permis de la changer par une autre « Salâtou alân-nabi » jusqu’à la fin de l’oraison.
  2. Il est permis d’anticiper le Wird du matin pendant la nuit même s’il y a pas d’empêchement éminemment prévu au réveil du lendemain. En effet, le Wird anticipée la nuit est cinq cents fois plus élevée que le Wird récité en plein jour. Notre Honorable Grand Maître El Haaj Omar TALL رضي الله عنه renseigne dans son précieux livre Ar-Rimâh que cette anticipation peut se réaliser le temps de réciter 5 Hizb du CORAN (c’est-à-dire 45 mn environ) après le premier tiers de la nuit. Par contre si l’adepte n’a pas terminé son Wird et que l’aube apparaît c’est-à-dire que c’est l’heure du dernier appel à la Prière nommé « Salâtou », il faudrait qu’il achève totalement le Wird. Ensuite il aura le choix entre : reprendre le Wird tout juste après la Prière obligatoire du matin « Fadj » ou de ne pas le reprendre, étant donné que les deux cas restent valides.
  3. Il n’est pas permis d’anticiper le Wird du soir sauf en cas d’empêchement imminent (par exemple : opération médicale prévue le soir du lendemain). Au cas échéant, il est permis de l’anticiper pendant la nuit après celui du matin.
  4. Si l’adepte est en voyage, en monture, en train, en voiture ou dans un autre moyen de transport ; il lui est permis de pratiquer le Wird dans ce contexte si seulement les chaussures qu’il porte sont propres. Dans le cas contraire, il faudra obligatoirement se déchausser et poser les pieds au-dessus de ses chaussures tout en veillant à ne pas les remuer tout au long du Dhikr.
  5. Si l’ablution est faite avec du sable (Tayammûm) pour une Prière canonique et que l’adepte veut ensuite réciter le Wird, il faudra nécessairement refaire un autre « Tayammûm ». C’est pour cette raison que si le Wird est récité avec le « Tayammum » de la Prière canonique, l’adepte doit le recommencer sur le champ car le premier n’étant plus valable. Maintenant avec le « Tayammûm » fait pour le Wird, on peut aussi réciter toutes les oraisons surérogatoires à l’exception de la « Fâtihatoul Kitâb biniyati Ismoul-Lâhil Ahzhame » et la « Djawaratul-Kamâl » qui nécessitent obligatoirement l’ablution.
  6. Lorsque c’est l’heure de la Prière et que le groupe effectue la Prière canonique alors qu’un adepte est en train de  faire son Wird à côté d’eux, il faudrait que ce dernier arrête le Dhikr immédiatement et se joint à eux car la Prière en groupe prime avant tout. Après le salut final « Assalâmou ‘alaykoum »,  il doit rester assis pour continuer le reste de son Wird, sans pour autant parler, ni faire le « Bâkhiyatou Sâlihâte » et reprendre scrupuleusement par là où il s’était arrêté. Si par malchance il prononce plus de deux mots, son Wird sera annulé. Cela équivaut pour la Wazifa individuelle.
  7. La récitation des litanies est facultative la femme en période de menstrues ou en lochies, mais recommandée pour le malade par plusieurs savants bien qu’étant facultative aussi pour ce dernier.
  8. Celui qui pense avoir augmenté ou diminué le nombre prescrit pour le Wird, doit toujours prendre le nombre minimum qu’il est certain d’avoir acquis avant de continuer son Wird. A la fin en guise de réparation tout en précisant l’intention, il récite 100 Astaghfirul Lâh. C’est pareil pour la Wazifa individuelle.
  9. Celui qui intervertit par erreur le bon ordre comme en anticipant sur un des piliers par exemple, doit d’abord annuler ce qu’il a anticipé, ensuite rétablir le bon ordre et enfin réciter 100 « Astaghfirul Lâh » en guise de réparation de l’erreur commise.
  10. Au cas précis où l’adepte termine la partie Istighfâr (100 « Astaghfirul Lâh ») puis fait la partie de l’Unicité d’ALLÂH (100 « Lâ Ilâha Illâl LÂH ») avant de commencer les 100 « Salâtou alân-nabi », il faudrait qu’il ne considère plus les 100 « Lâ Ilâha Illâl LÂH ») qu’il a déjà effectué et qu’il les récite à nouveau après avoir fini ses Prières sur le Prophète  « Salâtou alân-nabi ». Ensuite il lui restera alors à réparer l’erreur à la fin tout en sachant que celui qui néglige ses 100 « Astaghfirul Lâh » en guise de réparation verra son Wird s’annuler.
  11. Celui qui a des doutes d’avoir récité moins de 100 « Astaghfirul Lâh » au moment où il est entrain de faire la formule « Lâ Ilâha Illâl LÂH », doit combler le nombre d’ « Astaghfirul Lâh » qu’il pense avoir omis tout juste avant de clôturer son Wird. Après cela, il récite encore 100 « Astaghfirul Lâh » en guise de réparation.
  12. Celui qui constate soudainement que le nombre de perles du chapelet qu’il utilisait pour son Wird depuis un certain moment étant manquant, doit refaire que son dernier Wird effectué et si seulement si son heure d’empêchement n’est pas encore passé.
  13. Si celui qui est entrain d’effectuer son Wird ou sa Wazifa individuelle et ne sachant plus où il en était, car ayant perdu le contrôle de son chapelet qui a glissé, doit prendre le minimum qu’il est certain d’avoir dépassé, continuer le reste et à la fin de l’oraison faire 100 « Astaghfirul Lâh » en guise de réparation. S’il ne sait pas du tout où il en était par contre, il doit reprendre tout son Wird et faire la réparation à la fin.
  14. Il est permis de retourner le salut pendant les Wirds mais il est plus recommandé de le faire par manière gestuelle. Il est souhaitable aussi de suivre les paroles du Muezzin appelant à la Prière et de prononcer une Prière de grâce à ALLÂH (Yarhamukal LÂH) lorsque son voisin éternue [Cf : Kachfoul Khouyoum ane bahdi As-râri Khoutbil Makhtoum] de Shaykh Sayyîdi Salah Din At-Tidjânî رضي الله عنه.
  15. Par contre les faits suivants annulent le Wird :
  • dénouer l’intention,
  • rire à grand éclat,
  • changer le sens des mots (en chantant par exemple),
  • manger ou boire au moment du Wird,
  • intervertir de manière exprès le bon ordre,
  • commencer le Wird par une  Salâtou alân-nabi et la terminer par une autre Salâtou Alân-nabi
  • négliger une des chartes qui valident le Wird comme la protection des parties honteuses, la pureté du corps, celle des vêtements ou du lieu, et le fait de parler sans empêchement [Cf : Addourrourou Siniyya] de Mouhamad Saïd boun Abdoullahi Ribad At-Tidjânî رضي الله عنه,
  • diminuer de manière exprès le nombre prescrit (en sachant aussi et par contre que l’augmentation est un manque de respect mais n’annulant pas le Wird).

L’équipe d’Anqâ-Mughrib !